Le sucre ajouté et les édulcorants sont partout même dans des aliments étiquetés comme convenant aux nourrissons de moins de 6 mois. C’est l’alerte lancée par l’OMS, le 19 juillet 2019. Les jus de fruits, les compotes industrielles, les biscuits pour bébés, etc.. Un tiers de ces produits contient trop de sucre. Il est temps d’y être attentif, car les dangers du sucre pour les bébés sont nombreux. D’autant plus que l’attirance pour le goût sucré est naturelle et universelle. C’est donc dès le début de la vie qu’il faut donner à son enfant les bonnes habitudes et faire attention aux qualités nutritives des aliments qu’on lui donne. 

Il y a sucre et sucre : quelles différences ?

Nous n’allons rien vous apprendre en vous disant que le sucre est une substance de saveur douce obtenue à partir de betterave sucrière ou de canne à sucre. Mais il nous semble malgré tout très important de redéfinir ce qu’est le sucre afin de comprendre comment combattre les mauvais sucres et le surtout le sucre ajouté

Les sucres simples

Il s’agit en fait de ce que l’on appelle plus couramment, les sucres rapides. Pourquoi ? Parce que les glucides simples sont rapidement assimilés par l’organisme. En effet, ils ne nécessitent pas d’intervention enzymatique pour être décomposés. Ils passent donc facilement dans le sang et entrainent une augmentation rapide et élevée de la glycémie. Le corps va donc instantanément sécréter énormément d’insuline afin de faire rentrer le sucre dans les cellules. Ce qui va provoquer une réponse énergétique quasi immédiate.   De nombreux aliments sont naturellement sucrés : le lait (lactose), les fruits et les légumes (glucose et fructose), etc.. Les sucres ajoutés sont comme leur nom l’indique rajoutés aux aliments. Par nous lorsque nous cuisinons ou par les industriels dans leurs produits. En général, il s’agit de saccharose : sucre de betterave ou sucre de canne, de sirop de glucose ou de miel.

Les sucres complexes

Leur absorption beaucoup plus longue nécessite un processus enzymatique pour entrainer une libération d’énergie plus retardée. C’est ce qui fait qu’ils sont appelés sucres lents. On les retrouve de manière générale dans les féculents (riz, pâtes, pomme de terre, oléagineux, etc..). 

Les dangers du sucre pour Bébé

Lorsqu’on parle des effets néfastes du sucre sur l’organisme, Il s’agit en réalité de l’impact négatif des sucres rapides sur notre physiologie. Même si un excès de sucres lents n’est pas non plus recommandé. Les sucres simples en passant aussi rapidement dans le sang entrainent des réactions en chaine délétères. D’autant plus, s’ils sont consommés en trop grande quantité ou par un organisme encore en croissance. 

Obésité 

Pour stabiliser la glycémie et éviter des microangiopathies (lésions des petits vaisseaux sanguins), le corps libère une très grande quantité d’insuline. Cette sécrétion importante signifie que de l’énergie est disponible en suffisance. L’excédent de sucres va donc être mis en réserve sous forme de graisse pour des périodes où la nourriture n’abonderait plus en suffisance. Ce mécanisme favorise donc l’obésité en cas de consommation abusive et quotidienne de sucre. Le corps n’ayant jamais besoin de brûler de graisse pour trouver de l’énergie. Et aggravant chaque jour le phénomène de stockage.

Résistance à l’insuline

La fréquence de pics glycémiques importants entrainant la libération régulière d’insuline va aussi avoir des conséquences sur la sensibilité de l’organisme à celle-ci. En effet, à force de taux sanguins élevés, les cellules vont développer une résistance à l’insuline   Ce qui aura pour conséquence d’empêcher le glucose de sortir des vaisseaux sanguins. Les cellules pancréatiques vont donc dans un premier temps augmenter la production d’insuline (hypersinsulinémie) avant de finir par s’épuiser. Créant des hyperglycémies réactionnelles à une insuffisance en insuline.   À terme, ce processus peut engendrer des maladies comme :

  • le diabète de type 2 ;
  • l’hypertension artérielle ;
  • les maladies cardiovasculaires ;
  • le cancer ;
  • la maladie d’Alzheimer.

 

Accoutumance

Le sucre provoque la libération de dopamine par le cerveau, ce qui accentue le sentiment de plaisir. La cocaïne, l’héroïne,le cannabis, l’alcool et la nicotine produisent un effet identique. C’est pourquoi on peut réellement parler de phénomène de dépendance au sucre. L’ennui c’est que plus on mange de sucre, plus les récepteurs dopaminergiques vont avoir besoin de dopamine et donc de sucre pour obtenir la même sensation de plénitude. On pourra dès lors parler d’une réelle accoutumance.

Diminution de l’immunité

Manger des sucres simples affaiblit le système immunitaire. Tout d’abord parce qu’il perturbe le microbiote intestinal. En favorisant la croissance de levures pathogènes, il provoque une inflammation qui fragilise les défenses immunitaires.   Mais ce n’est pas tout, le sucre diminue la réponse immunitaire des globules blancs. En réduisant leur capacité de phagocytose pendant plusieurs heures. Parfois même, en l’anéantissant totalement après une grosse absorption de sucre.    En cas d’infection virale ou bactérienne, le sucre agit comme un carburant pour les agents pathogènes. Le sucre a donc un effet doublement dévastateur sur notre résistance aux infections.

Toxicité

D’après le professeur Robert Lustig, endocrinologue pédiatrique à l’Université de Californie du Sud : « Le sucre a trois effets que les autres aliments n’ont pas : il provoque l’accumulation de graisse dans le foie, le vieillissement cellulaire et empêche le cerveau de réguler la sensation de satiété. Il est donc toxique au même titre que le tabac. »”

Caries dentaires

Aviez-vous déjà entendu parler du syndrome du biberon ? Il s’agit de l’apparition précoce de caries sur les dents de lait de jeunes nourrissons. C’est ce qui arrive lorsqu’un bébé boit de l’eau sucrée, du jus de fruits ou des sirops toute la journée. Certains parents, en donnent régulièrement pour calmer ou occuper. Voire pire en laissent à disposition pendant les siestes ou la nuit.    Ces habitudes empêchent la reminéralisation de l’émail qui n’a pas le temps de normaliser son pH avant une nouvelle attaque acide. Il n’en faut pas plus pour développer de nombreuses caries. Parfois sur l’intégralité des dents de lait. Les effets sont aussi préoccupants pour les dents définitives qui sont très souvent atteintes elles aussi par contamination. 

Préférence gustative pour le sucre 

On ne le répètera jamais assez, les bonnes habitudes alimentaires sont à prendre dès le départ, car elles suivront votre enfant tout au long de sa vie. Les enfants qui auront été habitués à des aliments au goût sucré dès leur plus jeune âge garderont cette préférence. 

Alerte de l’OMS : trop de sucre dans des aliments pour bébés

Dans son communiqué de presse du 19 juillet 2019, l’OMS Europe lance l’alerte. Certains aliments pour bébés de moins de 6 mois sont renseignés comme adéquats alors qu’ils contiennent des taux de sucre trop élevés. Or en 2016, l’OMS avait déjà recommandé que l’allaitement maternel soit privilégié et que certains aliments de compléments ne soient pas étiquetés comme convenant aux nourrissons de moins de 6 mois.

Le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe nous y rappelle :  « Une bonne nutrition durant la période néonatale et la petite enfance reste essentielle afin d’assurer une croissance et un développement optimaux de l’enfant, et de meilleurs résultats sanitaires plus tard dans la vie, y compris la prévention du surpoids, de l’obésité et des maladies non transmissibles (MNT) liées au régime alimentaire, ce qui rend ainsi beaucoup plus accessible l’objectif de développement durable n° 3 des Nations Unies qui consiste à permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bien-être de tous à tout âge ».

L’OMS a donc élaboré un projet de modèle de profils nutritionnels pour les nourrissons et les jeunes enfants. Elle s’est appuyée sur la littérature scientifique, les normes du Codex Alimentarius et les directives de la Commission européenne.  Une lutte contre les industriels s’annonce et c’est une bonne chose. En effet, l’OMS vise la suppression des édulcorants et du sucre ajouté dans les aliments pour jeunes enfants.

De notre côté, pas besoin d’engager de bras de fer ou de recommandations obligatoires pour nous convaincre. Le sucre peut être un véritable fléau pour nous tous et surtout pour nos enfants. C’est pourquoi nous cuisinons avec amour de délicieuses compotes et purées sans aucun sucre ajouté ni édulcorant. Pour donner du goût à nos petits pots, nous préférons associer les fruits et les légumes avec des épices et herbes aromatiques. Mais aussi tout simplement choisir des produits bio et de saison aux qualités gustatives indétrônables. Tant qu’à développer une addiction autant que ce soit aux véritables saveurs des choses, n’est-ce pas ? Pour un bébé addict aux bons petits plats, c’est par ici!

Contact

 

Contact: +32 474 10 66 16

JDLCT srl
TVA: BE 0736.907.812

 

Contact

 

Contact: +32 474 10 66 16

JDLCT srl
TVA: BE 0736.907.812